lundi 11 août 2014

Israël: Einstein accuse de fascisme le parti de Begin


Israël: Einstein accuse de fascisme
 le parti de Begin
1921, Albert Einstein et sa femme
 arrive en  Palestine pour une visite  

10 avril 1948, lettre d'Albert Einstein deux jours après le massacre de Deir Yassin

 Lettre d'Albert Einstein parue dans le New York Times le 2 décembre 1948, 
contre la venue de Begin 
dont il considère le parti comme,
 "apparenté dans son organisation, ses méthodes,
 sa philosophie politique
 et ses prétentions sociales, 
aux partis politiques nazis et fascistes."
Menahem Begin devint Premier ministre d'Israël de juin 1977 à octobre 1983

New York, Dec. 2, 1948

Parmi les phénomènes politiques les plus perturbateurs de notre époque, on peut compter l'émergence, à l'intérieur de l'Etat d'Israël, nouvellement créé, du "Parti de la Liberté" (Tnuat Haherut ),un parti politique apparenté, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et ses prétentions sociales, aux partis politiques nazis et fascistes. 
 Il est issu des anciens membres et sympathisants de l'ancien Irgun Zvai Leumi, une organisation chauviniste, terroriste, de l'aile droite, en Palestine.
La visite imminente, aux Etats Unis, de Menahem BEGIN, chef de ce parti, est, de toute évidence, calculée afin de donner l'impression d'obtenir un soutien américain pour son parti, à l'occasion des prochaines élections israéliennes, et de sceller des liens politiques avec les éléments conservateurs sionistes américains.
Plusieurs Américains de réputation nationale ont prêté leur nom pour soutenir sa visite. Il est inconcevable que ceux qui luttent contre le fascisme à travers le monde, si correctement informés sur le passé politique de Mr Begin et ses ambitions, puissent ajouter leur nom au soutien du mouvement qu'il représente.
Avant que des dommages irréparables ne puissent être causés par des contributions financières, par des manifestations publiques de soutien au profit de Begin et par la fabrication, en Palestine, du sentiment qu'une grande partie de l'Amérique est en train de soutenir les éléments fascistes en Israël, le Peuple américain doit être informé sur les antécédents  et les objectifs de Mr Begin et de son mouvement.
Les déclarations publiques du parti de Mr Begin ne révèlent pas son ambition actuelle. Aujourd'hui, ils parlent de liberté, de démocratie et d'anti-impérialisme, jusqu'à ce qu'ils aient prêché ouvertement, tout récemment, la doctrine de l'Etat fasciste. C'est dans ses actions que le parti terroriste trahit ses réelles aspirations; à la lumière de ses actions passées, nous pouvons juger de ce à quoi l'on peut s'attendre dans le futur.
Attaque d'un village arabe:
Un exemple choquant a été donné par leur comportement au sein du village arabe de Deir Yassin.
Ce village, situé à l'écart des routes principales et entourées de terres juives, n'a pris aucune part à la guerre et a même combattu des groupes arabes qui avaient l'intention d'établir leur base dans ce village. Le 9 avril, selon le New York Times, des groupes terroristes ont attaqué ce paisible village, qui n'était en rien un objectif militaire dans ce conflit, et ont tué la plupart de ses habitants ( 240 personnes : hommes, femmes, enfants ), et en ont gardé quelques uns en vie, afin de les faire parader, en tant que prisonniers, dans les rues de Jérusalem. La plus grande partie de la Communauté Juive  fut horrifiée par cette démonstration et l'Agence Juive envoya un télégramme d'excuses au roi Abdullah de Cisjordanie. mais les terroristes, bien loin de regretter leur geste, tirèrent fierté de ce massacre, en firent largement publicité, et invitèrent tous les correspondants étrangers présents dans le pays, pour voir les cadavres entassés et les dégats causés au village de Deir Yassin. 
L'incident de Deir Yassin illustre le caractère et les actions du Parti de la Liberté.
A l'intérieur de la Communauté juive, ils ont prêché un mélange d'ultra-nationalisme, de mysticisme religieux et de supériorité raciale. A l'instar d'autres partis fascistes, ils ont pris l'habitude de briser des grèves et ont exercé, eux-mêmes, des pressions afin d'éliminer les syndicats indépendants. Dans leur élan, ils ont proposé la création de corporations syndicales sur le modèle de l'Italie fasciste.
Au cours de ces dernières années de violence sporadique à l'encontre des intérêts britanniques, le  IZL  et les groupes STERN ont inauguré le règne de la terreur au sein de la Communauté juive de Palestine. Des enseignants étaient battus pour les avoir dénigré, des adultes furent abattus pour ne pas avoir autorisé leurs enfants à les rejoindre, C'est par des méthodes de gangsters, des coups, des vitrines brisées, des vols à grande échelle, que les terroristes sont parvenus à intimider la population et exiger une lourde contribution.
Les membres du Parti de la Liberté n'ont pris aucune part dans l'heureuse édification de la Palestine. Ils n'ont réclamé aucune terre, construit aucune colonie, et n'ont fait qu'affaiblir l'activité de la défense Juive. Leurs efforts pour l'immigration, à grand renfort de publicité, étaient minutieux et principalement orientés en vue de l'immigration de compatriotes fascistes.
Des décalages constatés :
Les décalages entre les prétentions hardies, formulées à présent par Begin et son parti, et le constat du bilan passé, en Palestine, portent l'empreinte d'un parti qui n'est pas ordinaire.
C'est la marque indiscutable d'un parti fasciste pour lequel le terrorisme  à l'encontre des Juifs, des Arabes, aussi bien que des Britaniques ) et les mascarades sont des moyens d'action, et un "Etat suprême", le but.
A la lumière de ces considérations évidentes, il est impératif que la vérité, au sujet de Mr Begin et de son mouvement, soit diffusée dans ce pays. Il n'y a rien de plus tragique que de constater que le leadership du Sionisme américain a refusé de mener campagne contre les efforts de Begin, exposant de ce fait ses éléments constitutifs au danger encouru par Israël de soutenir Begin.
Les signataires, ci-dessous désignés, ont recours à ce moyen de présenter publiquement quelques faits marquants mettant en cause Mr Begin et son parti; et insister auprès de toute personne concernée de ne pas soutenir cette dernière démonstration de fascisme.



Isidore ABRAMOWITZ
Hannah ARENDT
Abraham BRICK
Rabbi Jessurun CARDOZO
Albert EINSTEIN
Herman EISEN, M.D.
Hayim FINEMAN
M. GALLEN, M.D.
H.H. HARRIS
Zelig S. HARRIS
Sidney HOOK
Fred KARUSH
Bruria KAUFMAN
Irma L. LINDHEIM
Nachman MAISEL
Seymour MELMAN
Myer D. MENDELSON
M.D. Harry M. OSLINSKY
Samuel PITLICK
Fritz ROHRLICH
Louis P. ROCKER
Ruth SAGIS
Itzhak SANKOWSKY
I.J. SHOENBERG
Samuel SHUMAN
M. SINGER
Irma WOLFE
Stephan WOLF



vendredi 1 août 2014

Des bombes sur Gaza, c’est bon pour l’emploi…


Des bombes sur Gaza,
    c’est bon pour l’emploi… 
                                                                              par Alain Vidal


A Versailles, Rennes, Roanne, Bourges….l’argent des salariés de l’armement, fait vivre des salariés d'autres entreprises, de même que des boulangers, des coiffeurs, des livreurs, des producteurs bio, des AMAP…
 Mais comment protester contre le bombardement de Gaza,
tout  en défendant  les emplois salariés qui produisent des armes pour Israël ?
Si Hollande condamnait le massacre, l’arrêt des ventes d’armes à Israël aggraverait le chômage et la casse du service public. Pourquoi les grandes puissances enverraient les casques bleus, alors que Gaza représente pour les grands marchands d’armes des pays siégeant au Conseil de Sécurité (dont la France), un excellent laboratoire à ciel ouvert pour expérimenter des technologies de pointe?
Tous, malgré nous, nous bénéficions de ce commerce infâme, rien que par les impôts sur les salaires et les profits pris sur les ventes d’armes et qui financent les hôpitaux, les écoles, les centres culturels... !

Pour Israël, 4èmeexportateur d’armes, 
chaque campagne militaire 
est une campagne publicitaire
Après les massacres, les ventes d’armes explosent !

Nous sommes tous pris au piège du salariat qui nous force à forger les armes des massacreurs.
Le temps économisé par le progrès technologique ne doit plus être celui du chômage et du commerce des armes. Des armes, servant à mater les révoltes de chômeurs et les émeutes de la faim.
Aucune guerre industrielle n’est possible sans le salariat. Dans « La guerre est un racket » (1934), Butler, général des Marines, accusait les grands patrons US, fauteurs de guerre, d’avoir fait de lui « le gangster du capitalisme » et Philippe Burtin, aujourd’hui, PDG du groupe d’armement Nexter (détenu par l’état français) se réjouit des conflits à venir… Il écrit: «Dans un monde de plus en plus incertain, les opportunités sont nombreuses et Nexter a des atouts pour les transformer en réussite».

Que signifie le soutien à la résistance palestinienne,
sans résistance réelle au travail salarié ?

        Tant que les armes qui massacrent les Palestiniens, auront rang de richesses au même titre que l’eau et le pain :
« Le capitalisme portera en lui la guerre comme la nuée porte l'orage » (Jaurès).
       Quand des gens résistent sous les bombes, la moindre des choses serait, là où elles ne tombent pas encore, de faire œuvre d’éducation populaire, de préparer le post-salariat associé à l’abolition de la monnaie-dette.

Combien de temps allons-nous encore accepter 
que l’argent qui autorise la construction 
de nos écoles et de nos hôpitaux,
provienne de  ventes d’armes 
destinées à détruire
les écoles et les hôpitaux de Gaza?

Qu’est-ce que la prétendue liberté politique quand « le salarié…est dans l'ordre économique réduit à une sorte de servage » (Jaurès). 
Le salariat s’est construit par une dette bancaire illégitime qui dépossède les producteurs indépendants librement associés. Le travail salarié abolit notre libre-arbitre, en  tuant la liberté de travailler pour le bien commun. Il faut en finir avec la croyance fausse de la neutralité de la monnaie.

Seule une monnaie 
dont la  traçabilité garantit l’intérêt général,
redonnera aux Palestiniens 
le droit imprescriptible à la vie.

Continuer à évaluer les richesses sur la valeur travail est immoral, car tout travail n’est  pas toujours recommandable ! A savoir, l’Union Européenne a décrété que l’argent du commerce de la drogue et de la prostitution soit reconnu comme une richesse  des pays et intégré au PIB !
Seule la création monétaire (sans taux d’intérêts illégitimes), alignée sur des quantités de biens respectant l’intérêt général, garantira la traçabilité d’une monnaie respectant notre bien commun.
Cette monnaie autorisera une prospérité jamais égalée, les technologies redevenues patrimoine commun, réduiront le  temps de travail, avec un développement des services publics d’une qualité jamais atteinte. Les biens matériels produits par des travailleurs librement associés, seront, avec cette monnaie, identifiables et identifiés comme respectant les hommes et leur environnement.

Pour une  société post-salariale, 
une « loi pour le contrôle public des banques »